top of page
  • Photo du rédacteurJulia

L'histoire de la pornographie

Dernière mise à jour : 3 janv. 2023




Le début de la pornographie

Il est difficile de réellement donner une date au début de l’histoire de la pornographie. Néanmoins, nous pouvons affirmer qu’il existait déjà des représentations érotiques et/ou pornographiques dès le paléolithique. Des archéologues ont trouvé dans les grottes de Creswell aux Royaume-Unis ce qui ressemble à une gravure d’organes génitaux féminins de plus de 12 000 ans. Ceux-ci n’ont pas réellement d’explication quant à l’utilité de ces gravures, ils pensent qu’il s’agirait plutôt de pratiques rituelles plutôt que de pratiques obscènes.

Durant l’Antiquité, en Grèce, on peut retrouver énormément de peintures sur céramique représentant des personnes (pour la plupart homosexuelles) lors de scènes quotidiennes, y compris lors d’actes sexuels. Néanmoins, il est difficile de définir ces œuvres comme obscènes ou pornographiques, car le concept de pornographie n’existe pas en Grèce à cette époque.

À la même époque, à Rome, on retrouve des peintures et sculptures érotiques, cependant ces œuvres d’art (ex : la coupe Warren, voir fign°2) n’était pas à caractère pornographique, elles servaient plus de décorations divertissantes. Avoir une statue représentant un large pénis chez soi était une marque de chance. Avec l’arrivée du christianisme, les représentations érotiques deviennent de plus en plus taboues et tendent à disparaître. Les chrétiens suivent le deuxième commandement : Tu ne feras pas d’image taillée au point où ils détruisent des images n’allant pas dans le sens de ce commandement. La peinture érotique en Asie a une longue tradition. Le Japon, la Chine, l’Inde, la Perse et d’autres pays ont produit de nombreuses œuvres d’art représentant des personnes ayant des rapports sexuels que ce soit des hommes et des femmes ou des personnes de même sexe. Au Japon, l’art érotique s’est fortement développé dans la gravure au XIIIe siècle. Ils ont nommé cet art Shunga. Il eut beaucoup de succès jusqu’à l’invention de la photographie au XIXe siècle.

Ce n’est que lorsque Johannes Gutenberg a inventé l’imprimerie moderne que les images pornographiques se sont répandues dans le monde occidental. Auparavant, la diffusion d’images pornographiques coûteuses et faites à la main était limitée aux hommes de la classe supérieure qui les tenaient délibérément à l’écart de la classe ouvrière, craignant que de telles choses n’aient un effet sur les « désirs animaux » des personnes sans éducation. Suite à l’invention de Gutenberg, vers le XVIIe siècle, on peut trouver en circulation un grand nombre de littératures pornographiques ou érotiques principalement imprimées à Amsterdam et distribuées illégalement dans divers pays européens. Par exemple : l’Ecole des Filles, un ouvrage français datant de 1655.

Celui-ci est considéré comme le début de la pornographie française et comprend des conversations illustrées entre deux femmes, leurs discussions sont plutôt sexuelles et explicites, l’auteur reste inconnu à ce jour.

À l’époque du siècle des lumières, la pornographie libertine apparaît et est utilisée de manière satirique et critique de la société sous forme de brochures explicites. Les catholiques ont longtemps été la cible de ces satires pour leur rejet de la sexualité. Ces brochures, produites en grand nombre à faible coût, eurent beaucoup de succès auprès de la bourgeoisie.

Un premier grand tournant dans l’histoire de la pornographie est l’arrivée de la photographie :


En 1839, François Arago met au point un nouveau type de daguerréotypes (l’ancêtre de l’appareil photo). Cette nouvelle machine produit des photographies de meilleure qualité avec plus de détails. De plus, la photographie se conserve mieux dans la durée. Il ne fallut pas beaucoup de temps aux artistes pour utiliser cette nouvelle technologie dans le but de représenter d’une nouvelle façon le corps féminin. Toutefois, la seule manière officiellement autorisée pour photographier du nu est d’utiliser ces photographies à des fins académiques, celles-ci serviront aux peintres comme modèles.

Néanmoins, les personnes souhaitant toutefois prendre des photos à des fins pornographiques trouvaient le daguerréotype très peu pratique. En effet, il faut poser devant l’appareil entre trois et quinze minutes pour avoir un résultat net, rendant certaines poses impossibles. Les photographies pornographiques à ce moment se résumaient donc à des photos de sexe féminin qui pouvaient se vendre très cher (en 1840, il coûtait moins cher de se payer les services d’une prostituée que d’être propriétaire d’une photographie de nu). En 1841, William Henry Fox Talbot inventa le système de papier négatif permettant le développement de photo argentique tel qu’on le connaît aujourd’hui. Le temps de pose est désormais plus court et permet une reproduction des clichés à moindre coût, ce qui permet la diffusion de plus d’images pornographiques.


C’est en 1860 à Paris que l’impression et la vente illégale d’images pornographiques sont les plus répandues, celles-ci sont ensuite essentiellement exportées vers le Royaume Unis et les Etats Unis. En 1855, les photographies de nu ne sont plus enregistrées comme académiques, leur vente devait rester secrète pour ne pas avoir d’ennui avec la justice. Pendant ce temps, en Grande-Bretagne, se lance un marché de la pornographie via des envois postaux de cartes à caractère sexuel. Juste avant le XXe siècle, le monde de l’impression connaît un tournant grâce à l’invention de l’impression en demi-teinte utilisée aujourd’hui. Cette nouvelle technologie rend possible l’impression de photographies en grande quantité ce qui permet aux photos pornographiques d’être très accessibles imprimées en plus grand nombre que jamais, ce qui fait également baisser leur prix de vente. C’est en France qu’apparaissent les premiers magazines contenant des photographies de nu, à cette époque, ces revues choquaient énormément. Ces magazines de charme prirent une direction plus artistique en se vantant de célébrer la beauté de la nudité (naturisme).

La pornographie prit aussi une autre forme aux Etats-Unis dans les années vingt en se produisant sous la forme de bande dessinée comme Tijuana Bibles. En 1940, le mot Pin-Up fait son apparition, il fait référence aux photographies de femmes dénudées qu’arrachaient les soldats américains de la Seconde Guerre mondiale dans des magazines pour ensuite les accrocher aux murs.

C’est dans les années 50 que sortiront les premiers numéros du magazine Playboy fondé à Chicago par Hugh Hefner, il restera dans l’inconscient collectif, l’un des magazines de charme les plus connus.

Le deuxième grand tournant dans l’histoire de la pornographie est l’arrivée du cinéma :


C’est en 1895 que les frères Lumière sortent leur invention de projecteur cinématographique au grand jour. Il ne fallut pas beaucoup de temps avant qu’Albert Kirchner réalise le premier film érotique en 1896 le coucher de la mariée. S’en suivront d’autres de plus en plus crus comme Am Abend en 1910 contenant des scènes de masturbation, fellation et pénétration. Une des pionnières dans le monde du cinéma est Alice Guy, trop souvent oubliée car celle-ci est une femme.

En 1906, Alice réalisera Une Femme collante et Madame a des envies qui tous deux nous parlent de désirs féminins. Cette réalisatrice est une pionnière en matière de cinéma mais également dans le monde féministe.


À partir des années quarante, ces films deviennent illégaux et doivent être produits clandestinement par des novices. Ces films sont alors projetés en privé pour éviter la prison. Après la guerre, les techniques de développement ont évolué et ont engendré la croissance du marché grand public, ce qui a créé un marché du film amateur, notamment grâce à la sortie du super 8. Il faudra attendre 1969 pour que le cinéma porno soit petit à petit autorisé dans la plupart des pays occidentaux. À partir de 1982, les films pornographiques se vendent sur des cassettes vidéo, ce qui rend désormais le visionnage possible chez soi (avant ça, on ne pouvait en visionner que dans les salles de cinéma). La démocratisation de production de ces films permet de proposer un large choix de plusieurs milliers de films chaque année. Les cassettes vidéo se font remplacer par les CD-ROM ainsi que par la diffusion de contenu pornographique à la télévision vers la fin des années 80.

Le développement d’internet fin des années 90 remplace les CD-ROM, internet devient le foyer favori des consommateurs de pornographie. En effet, internet offre un contenu illimité ainsi qu’une interaction anonyme avec d’autres utilisateurs. Depuis, l’évolution des nouvelles technologies permet de produire facilement des films amateurs ou professionnels qui sont ensuite postés sur des sites créés spécifiquement pour le contenu pornographique, l’un des sites les plus visités à ce jour est Pornhub qui en 2017 a comptabilisé plus de 30 milliards de visites.

Internet, la révolution de la pornographie :

L’arrivée d’Internet a révolutionné le monde de la pornographie grâce à son accessibilité : de nos jours tout le monde ou presque aa accès à Internet et peut avoir accès à du contenu pornographique en deux clics. On peut trouver toutes sortes de contenus : des photos, des films, des récits, etc. De plus, Internet permet presque un total anonymat, ce qui pousse de plus en plus de gens à consommer du contenu pornographique. Cependant, sur Internet, rien n’est réellement anonyme, les adresses IP sont traçables et les recherches effectuées sont classées pour réaliser des statistiques permettant aux producteurs de connaître les préférences des utilisateurs. L’évolution du porno progresse aussi vite que l’ascension des nouvelles technologies. Après l’arrivée d’Internet et des ordinateurs portables, c’est au tour des téléphones portables et des réseaux sociaux de donner un nouveau tournant à la pornographie.

De nos jours, n’importe qui peut se mettre à faire de la pornographie. Les Camgirls/Camboys par exemple, sont des personnes se filmant sur des ordinateurs et/ou téléphones en train de s’adonner à diverses pratiques sexuelles demandées par les internautes contre une rémunération. Le réseau social Instagram a également eu son importance dans le comportement des internautes consommant de la pornographie, en effet ce réseau social qui a d’abord été créé dans le but de partager des photographies personnelles propose maintenant également des comptes de personnes dénudées dans la limite de l’acceptable par l’algorithme de la plateforme. Son petit frère OnlyFans, créé en 2016, surnommé « l’Instagram porno payant » est un réseau social promettant un contenu exclusif proposé par des créateurs. C’est durant le premier confinement de la pandémie du COVID 19 que ce réseau social eut le plus de succès.

En effet, suite à la situation sanitaire, un important nombre de travailleuses du sexe ont rejoint la plateforme proposant des abonnements comprenant des contenus pornographiques pour continuer à gagner leur vie.



71 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page